Usine de Caumont

  • Lieu: Rouen sud-ouest, Seine-Maritime
  • Etat: Abandonnée,Utilisée pour la spéléologie
  • Risque: Peu dangereux à très dangereux

Exploré en : Février-Avril 2012

Présentation

Ces immenses grottes ont un lourd passé ! Au départ carrières, puis bunker secret, ces cavités sont des puits souterrains regorgeant d’histoires et de surprises. Je vous invite donc à découvrir l’histoire de ces grottes au travers du site de François Bayeux qui a consacré 20 années de sa vie aux recherches.

http://usinedecaumont27.free.fr/index.htm

(le site peut être indisponible)

Exploration

Nous avons exploré à plusieurs reprises ces grottes. Notre première exploration s’est déroulée en plein hiver alors que la neige recouvrait la région. La vague de froid record de l’année 2012 ne nous a pas épargné (-10°C à l’extérieur). L’intérieur de la grotte nous a protégé du froid mais la température rendant la roche cassante nous a poussée à rebrousser chemin. L’exploration suivante fut plus intéressante. Nous nous sommes enfoncés plus profondément dans la grotte. Équipé de puissantes lampes, la grotte dévoile des images remarquables, parfois magnifiques, parfois extrêmement angoissantes. La coupure des lampes ne serait-ce qu’une minute nous fait ressentir une oppression laissant mal à l’aise. Au-dessus de nous, ce sont des milliers de tonnes de roche qui pourrait très bien céder d’un moment à l’autre. Certains passages sont d’ailleurs bloqués par d’énormes blocs de pierre. Il suffit de regarder la grotte en détail pour remarquer que les morceaux au sol collent parfaitement aux formes laissées dans le plafond. Le bunker est gigantesque et parsemé d’une multitude de fosses qui était destinée à accueillir la machinerie. La prudence est donc de mise. Faible luminosité et maladresse peuvent faire basculer en un instant cette sortie riche en sensation. Une petite vérification rassurante sur le détecteur de gaz. 20.9 % d’oxygène partout dans la grotte.  Aucune alerte au niveau risque explosion. L’usine date de plus de 60 ans. Mais on ne sait jamais ! Le long d’un profond couloir, nous rencontrons une épaisse brume. Puis des bruits de goutte-d’eau. Il ne nous a pas fallu longtemps pour penser à lever les lampes. La lumière nous fit découvrir des milliers de petite stalactite ! Laissant sur le sol de petits cratères. Des rubans entourent certains passages de la grotte. Derrière ceux-ci, des petits cailloux ! Une nurserie de petits cailloux ! Quelle découverte ! Et c’est sans compter les innombrables minéraux aux murs. Des géodes sont visibles dans certains couloirs. Les scintillements sont visibles si l’on passe le faisceau de lampes dessus. Nous avions entendu parler d’un « lac ». Nous avons donc tenté de le trouver. Surprise au tournant ! « On ne passera pas par là ! » s’écria l’un des membres du groupe. Étonnés nous accoururent pour en voir la raison. Un lac remplissait une grande salle. L’eau bleue verte, d’une impressionnante clarté nous invitait presque à nous baigner ! Après trois heures d’exploration souterraine, l’heure était venue pour nous de rebrousser chemin et de revenir à la lumière du jour. À 30 mètres de la sortie éblouissante, les portables se mirent tous à vibrer ! « Alors, c’est comment ? », « vous sortez quand ? », « soyez prudent ». L’heure était venue pour nous de rassurer tout le monde et faire le récit de nos aventures !

Plan

 

© copyright 2018, Tous droits réservés, Photo: Canon 600D 18-55 EF-IS / 50mm 1.8
Avec l’accord et les conseils de François Bayeux.

Maxime